Pour sa 11e édition, la Route du Rhum accueillait Fabrice Payen, amputé d’une jambe et équipé d’une prothèse en carbone dernier cri. Alors qu’il réalisait un superbe début de course en occupant la seconde place du groupe Rhum Multi, le skipper s’est résolu à déclarer l’abandon de son bateau le 8 novembre 2018. C’est le cadène tribord, au vent qui s’est arraché, provoquant la chute du mât. Mais pas d’inquiétude ! Fabrice Payen va bien et le combat continue toujours. Retour sur le parcours de ce pirate à la jambe de carbone.

Changer les regards sur le handicap dans le monde maritime français

 

Skipper professionnel depuis plus de vingt ans, le navigateur a perdu la capacité d’exercer son métier aux yeux de l’administration maritime suite à un accident de moto qui lui a coûté sa jambe. En effet, la voile professionnelle est réglementée au sein de la Marine marchande. Et cette dernière lui a donc retiré son agrément pour cause d’inaptitude physique.

En participant à la Route du Rhum, Fabrice Payen comptait bien prouver que sa prothèse n’enlève rien à ses qualités nautiques : « Je veux faire le Rhum et apporter ma pierre à l’édifice du handicap. Il y a plein de choses à changer. Je veux montrer que grâce à la prothèse, une solution que beaucoup de chirurgiens considèrent comme un échec, on peut aller de l’avant. »

Une prothèse aussi cher que son bateau 

 

S’il a pu s’élancer sur la ligne de départ, c’est à la fois grâce à sa prothèse et à son bateau, Team Vent Debout : « Ils valent autant l’un que l’autre : 100 000 euros, s’amuse le skipper. Ma jambe n’est pas remboursée par la Sécu mais elle me permet de conserver une activité. »

Quelques aménagements avaient aussi été réalisés à bord pour lui faciliter les déplacements et des mains courantes y avaient été ajoutées. « Mais pas plus que pour un autre skipper« , précisait Jérôme Solem, préparateur, qui espérait lui aussi  le voir « réussir à aller de l’autre côté ».

Défiler vers le haut